Que faire à Chartres ?

Que faire à Chartres, capitale de la lumière et du parfum

 

Témoin d'un passé glorieux, Chartres se décompose en deux parties.

La ville haute, autour de la cathédrale, est accolée à la ville basse, disposée le long de l’Eure.

On peut y admirer de nombreuses maisons à colombages du Moyen-Âge. La Maison de la « Truite qui file » et la maison du « Saumon », par exemple, sont les symboles de la tradition marchande du quartier.

Ces deux maisons vendaient du poisson jusque dans les années 1950. Elles sont les dernières encore debout puisque l’ensemble à colombage qui les entourait a été démoli dans les années 1960.

 

 

La Vieille Ville

 

vieille-ville-chartres

Témoin du passé glorieux de Chartres, la vieille ville se décompose en deux parties. La ville haute, autour de la cathédrale, est accolée à la ville basse, disposée le long de l’Eure.

On peut y admirer de nombreuses maisons à colombages du Moyen-Âge. La Maison de la « Truite qui file » et la maison du « Saumon », par exemple, sont les symboles de la tradition marchande du quartier.

Ces deux maisons vendaient du poisson jusque dans les années 1950. Elles sont les dernières encore debout puisque l’ensemble à colombage qui les entourait a été démoli dans les années 1960.

 

 

 

La Cathédrale Notre-Dame

 

cathedrale-notre-dame-chartres-au-10

Joyau de la ville, la cathédrale présente la particularité d’illustrer la transition entre l’époque romane et gothique. Elle a été construite avec des techniques romanes alors qu’elle reste comme l’un des édifices gothiques les plus complets et les mieux conservés du pays.

Elle fut édifiée entre 1145 et 1220 et possède deux cryptes en son sein. Le bâtiment possède un labyrinthe de pierre dessiné sur le sol. Ainsi, tous les vendredis, les chaises de la cathédrale sont enlevées et les flâneurs peuvent venir suivre le chemin qu’ils souhaitent.

 

 

Le Musée des Beaux-Arts

 

 

Il est situé dans l’ancien palais épiscopal, lequel a été construit entre le quinzième et le dix-huitième siècle. Le musée présente une collection hétéroclite de tableaux, mais aussi d’émaux sacrés ainsi que divers objets d’arts venant d’Afrique, d’Océanie et même une petite collection de clavecins.

On y trouve aussi des dessins, des sculptures, des pièces archéologiques et du mobilier. Chez les peintres, une partie du musée est dédié au seul Marinot, un ami de Cocteau, et Vlaminick, un célèbre artiste cubiste et fauviste. On y trouve aussi des toiles de Sérusier, de Corot, mais aussi de Fragonard ou de Van Loo.

 musee-des-beaux-arts-chambres-hotes-chartres

 

 

 

 



La Maison Picassiette

 

maison-picassiette-chartres-chambres-hotes

C'est un des monuments incontournable de la ville de Chartres!
La maison Picassiette est  l’œuvre d’un seul homme: Raymond Isidore.
Cet homme, original, a recouvert  sa maison d’une multitude de mosaïques faites d’assiettes cassées ramassées dans le cimetière dans lequel il travaillait comme fossoyeur.
Agrémentées de pâquerettes, ces fresques sont un exemple de l’art naïf, c’est à dire l’expression de quelqu’un qui n’a jamais été sensibilisé au monde de l’art et qui exprime donc une pensée de manière originelle.
Moquée tout du long de son existence, son œuvre est passée à la postérité et continue d’intriguer les touristes comme les Chartrains eux-mêmes.

 Centre international du vitrail

centre international du vitrail-chartres-au-10

C’est à la fois un musée, un centre de recherches et de documentation et un lieu de culture ouvert sur le monde. Il présente le vitrail sous un aspect historique, mais aussi sous l’angle de la diversité.

Ainsi sont exposées des œuvres d’artistes renommés venant du monde entier, mais aussi certaines qui proviennent d’inconnus de la région.

Elles ont toutes en commun une façon de faire artisanale et une qualité qui relève de l’œuvre d’art. Si le gaz et l’électricité ont facilité le travail des artistes, les techniques, elles, n’ont pas évolué depuis le douzième siècle.

 

 

 

L’Église Saint-Pierre

 

eglise saint pierre-chartres-chambres-hotes

Construite au XIIIe siècle, l’église a été édifiée à la place de l’abbaye où l’on a retrouvé le tombeau de Saint Gilduin. En ce temps-là, l’abbaye n’était plus qu’une ruine, après sa mise à sac par les Anglais.

Au fur et à mesure des époques et des financements, on y ajouta des bâtiments si bien que l’ensemble, à l’heure actuelle, est assez hétéroclite.

À la Révolution, l’église fut confisquée puis utilisée comme fabrique de salpêtre. Rendue au culte en 1803, le diocèse vendit certains de ces bâtiments au cours du dix-neuvième et du vingtième siècle.

 

 

 

 

Le Parc des Bords de l’Eure

 

Espace verdoyant situé sur les bords de la rivière, le parc est un endroit idéal pour se reposer ou pour se promener. Une aire de jeu est aménagée pour les enfants.

Les parents, eux, pourront profiter d’une ballade en barque, en pédalo ou en canoë. Il est tout aussi possible de se rafraichir, de manger une glace et même de jouer au mini-golf.